Joe Hisaishi, le coup de cœur de Guillaume Masson

chihiro045

Lorsqu’il a découvert les films d’animation du Studio Ghibli, Guillaume Masson s’est senti non seulement subjugué par la beauté des images, mais aussi par la richesse musicale qui peignait idéalement l’univers des films de Miyazaki. Guillaume nous propose un extrait du Château dans le ciel de Joe Hisaishi, l’un des thèmes les plus connus du compositeur japonais de musiques de film…

Nougaro acteur, le coup de cœur de Brigitte Le Gargasson

claude nougaro acteur avt i

Saviez-vous que Nougaro avait composé une comédie musicale ? Oui, sans autre décor qu’un banc et sans aucun musicien, il se lance dans un incroyable duo a capella entre Ève et Adam ! Chapeau bas à l’auteur-poète fabuleux, au comédien engagé à la diction parfaite, au chanteur qui livre, à voix nue, toute sa musicalité !

Rafal Blechacz joue Chopin : le coup de cœur de Lidia Tobola

clavier piano blog i

« C’est sur Arte, nous dit Lidia Tobola, que j’ai découvert ce jeune pianiste : il avait 20 ans. Son jeu naturel et évident m’a subjuguée et j’ai acheté tous ses enregistrements. Par sa sonorité lumineuse, sa vision globale des œuvres, Rafal Blechacz est aujourd’hui dans la lignée des pianistes penseurs : il est titulaire d’un doctorat de philosophie… »

Le jazz d’Olivier Portail : Au temps où les batteurs chantaient…

Le jazz d'Olivier Portail : «Quand les batteurs chantaient…»

Olivier Portail nous confie : « Je trouve passionnant d’écouter ces batteurs bop des années cinquante qui jouaient de la batterie comme s’il s’agissait d’un instrument mélodique. Parmi eux, deux me viennent à l’esprit : Roy Haynes et Max Roach. Mais il y en a d’autres, bien sûr. Je vous propose quatre extraits et une démo… »

Herbert Von Karajan, le coup de cœur de Florence Akar

Herbert von Karajan dirige la 7e Symphonie de Beethoven

Figure légendaire, Herbert Von Karajan est certainement un des interprètes qui laisse l’empreinte la plus profonde sur la musique de la seconde moitié du XXe siècle.
Dans cet extrait, sa concentration physique rayonne comme une énergie intemporelle : il dirige les yeux fermés et obtient de son orchestre des sonorités chaudes et poignantes…

Christophe Dumaux, le coup de cœur de Quentin Martel

christophe

Christophe Dumaux, en plus de sa technique et de sa musicalité indiscutables, est une somptueuse bête de scène et un tempérament hors du commun. Son interprétation est puissante et aussi pleine d’humour. Il chante ici pour le concert anniversaire des Arts Florissants…

Fidelio de Beethoven, le coup de cœur de Nick Stern

Fidelio de Beethoven par le Heartbeat Opera : le coup de cœur de Nick Stern

Mon deuxième coup de cœur (après la chanson sud-africaine Shosholoza) est Fidelio, l’unique opéra de Beethoven. Les thèmes qu’il évoque m’intéressent tout particulièrement : la liberté, la fidélité, la justice. L’extrait que je vous propose, le « Chœur des prisonniers » est chanté par des chorales formées dans des prisons…

Khatia Buniatishvili, le coup de cœur de Karen Jeauffreau

khatia buniatishvili avt

Pour Karen Jeauffreau, professeure de violon, Khatia Buniatishvili représente l’interprète moderne et libre. L’écouter, c’est vivre une expérience unique. Dans la vidéo proposée ici comme coup de cœur, Khatia Buniatishvili joue l’Impromptu no. 3 en Sol bémol majeur, Op.90, D.899 de Franz Schubert…

Edmund Rubbra, le coup de cœur d’Alexandre Fontaines

Sigmund Rubbra, 6e symphonie

Alexandre Fontaines a découvert la 6e symphonie d’Edmund Rubbra tout à fait par hasard, à partir de cette habitude qu’il a prise de dériver de lien en lien, via YouTube, pour découvrir des musiques qui lui sont inconnues. Ce compositeur m’a interpellé tant sa musique orchestrale est claire, affirmée, profonde et d’une poésie peu commune

Miles Ahead, le coup de cœur de Bertrand Chapellier

Miles Ahead, un disque de Miles Davis et Gil Evans

Un disque sublime du plus grand trompettiste de l’histoire du jazz, l’inimitable Miles Davis avec les somptueux arrangements de Gil Evans.
Miles est avant tout l’incarnation d’un son. Il développe un jeu intériorisé, épuré et sans vibrato, déployant un discours minimaliste dans lequel le temps semble suspendu…