LE COUP DE CŒUR DE…

Lidia Tobola

Rafal Blechacz

Frédéric Chopin, Concerto pour piano n°1 en mi mineur

Rafal Blechacz, coup de cœur de Lidia Tobola
Lire la vidéo

Ma préférence à moi…

J’ai découvert sur Arte ce jeune pianiste : il avait 20 ans. Son jeu naturel et évident m’a subjuguée et j’ai acheté tous ses enregistrements. Rafal Blechacz vient chaque année à Paris, ce qui m’a permis de l’écouter de nombreuses fois en concert. Malheureusement, son dernier concert programmé en juin au théâtre des Champs Élysées a été annulé.

Voici le concerto n° 1 de Chopin avec le son sublime de cet interprète. Laissez-vous transporter par la beauté de cette mélodie intemporelle. Ses rubatos sont si particuliers et difficiles à réaliser — tout est transmis naturellement dans cette interprétation du jeune polonais. Écoutez son immense sensibilité, la profondeur de son jeu.

Bien à vous,

Lidia Tobola

Rafal Blechacz, l’âme slave de Chopin

Par sa sonorité lumineuse, sa vision globale des œuvres, Rafal Blechacz, 35 ans, se situe dans la lignée des pianistes penseurs : il est titulaire d’un doctorat de philosophie.
Lors du concours Chopin, le 21 octobre 2005, sa performance artistique a été jugée tellement supérieure à celle de ses concurrents que le jury international a trouvé opportun de ne pas attribuer le deuxième prix, afin de marquer la distance entre Rafał et ses concurrents.

Outre la médaille d’or, Rafał a été gratifié de trois prix spéciaux : « meilleure performance pour une mazurka », « meilleure performance pour une polonaise » et « meilleure performance pour un concerto ».

Le concerto de Chopin

Chopin interprète pour la première fois ce concerto le 11 octobre 1830 au Théâtre national de Varsovie. Il a 20 ans et c’est un concert d’adieu. Le pianiste part pour Vienne où il espère faire fortune. Il a deux partitions dans ses bagages dont le concerto n° 2. Lorsqu’il finit par s’établir à Paris, il les propose à un éditeur qui préférera le concerto en mi mineur en raison des difficultés techniques du concerto en fa mineur, pourtant antérieur mais peu propice à l’usage domestique des pianistes amateurs, même si la partie de piano est déjà redoutable.

Source : YouTube